Traducteur diplômé nommé par une Cour d’Appel, quelles sont les étapes pour devenir traducteur assermenté ? Y’a-t-il un parcours type, une formation et des diplômes spécifiques pour endosser ce rôle de traducteur assermenté ? Ce métier est-il fait pour vous ?

Découvrez comment devenir Traducteur Interprète Assermenté (ETI) et grâce à nos conseils, augmentez vos chances de réussite !

 

Quelle est la mission exacte du traducteur interprète assermenté ?

Le traducteur assermenté (dit aussi expert traducteur-interprète) est un officier ministériel habilité par le ministère des Affaires étrangères.
Il officie auprès de la justice, de la police, des douanes et de la gendarmerie chaque fois qu’ils ont besoin de traduction ou d’interprétariat : garde à vue, interrogatoire, enquête, audience, écoute téléphonique, traduction de dossiers…

Il oeuvre également auprès des instances administratives et juridiques pour réaliser des traductions de documents juridiques et officiels dans le cadre de procédure pénale par exemple.

Auprès du grand public, le métier du traducteur interprète assermenté porte sur la traduction certifiée de documents à vocation officielle : permis de conduire, acte d’état civil (acte de naissance, acte de décès, acte de mariage, de divorce), traduction de diplômes, statuts de société, documents comptables, testaments, jugements, contrats notariés…

Son statut spécifique lui permet d’être le seul habilité à certifier la conformité d’une traduction à l’original. Et pour ce, le traducteur-interprète assermenté appose sur la traduction et sur l’original qu’il a traduit, son cachet, sa signature et un numéro d’ordre unique.

 

Y’a-t-il une formation pour devenir traducteur assermenté ?

Il n’existe pas de formation ni de diplôme de Traducteur-Interprète Assermenté. Il n’y a pas même de niveau de diplôme requis. Vous êtes citoyen français, majeur et votre casier judiciaire est vierge ? Vous pouvez postuler !

Pour accéder à ce titre, il faut être nommé par une Cour d’Appel. Il s’agit donc d’être retenu parmi parfois de très nombreux candidats. Alors quelle est la voie privilégiée par les Cours d’Appel ?

 

Devenir traducteur assermenté en 4 étapes

1: Devenir d’abord traducteur professionnel

Pour devenir traducteur assermenté, vous devez bien entendu maîtriser parfaitement au moins une langue étrangère. Idéalement, suivez une formation pour devenir traducteur professionnel : formation universitaire de niveau Bac+5 (Master en langues étrangères) ou école spécialisée.

2: Acquérir de l’expérience professionnelle

Vous êtes fraîchement diplômé traducteur-interprète ? Ne vous précipitez pas. Vous augmenterez vos chances en développant votre expérience de traducteur professionnel. Rejoignez par exemple une agence de traduction professionnelle qui vous permettra de multiplier les missions et la diversité des contextes.

3: Postuler auprès de Procureur de la République

En tout début d’année, retirez le dossier de postulation auprès du Tribunal de Grande Instance de votre circonscription. Formation, expérience professionnelle, motivation… complétez ce dossier scrupuleusement et développez chaque détail avec attention : il s’agit de bien vous “vendre” !

Avant le mois de mars, adressez votre candidature au Procureur de la République au Tribunal Grande Instance (TGI). Généralement, vous devrez envoyer votre dossier en trois exemplaires, par lettre recommandée avec accusé de réception où le déposer contre récépissé.

Après une « enquête de moralité » menée par la police, vous serez généralement convoqué auprès du commissariat de police ou de la gendarmerie afin de vérifier certaines informations. Parfois vous serez aussi convoqué au Tribunal de Grande Instance pour effectuer un dernier complément d’enquête. Enfin, la police transmettra votre dossier de candidature au titre de Traducteur Interprète Assermenté à la Cour d’appel de votre circonscription. .

4: Prêter serment

Soyez patient. Ce n’est qu’en fin d’année que vous saurez si votre candidature est acceptée.
Si tel est le cas, la Cour d’Appel de votre lieu de résidence vous convoque pour prêter serment.
Vous obtenez alors le titre de Traducteur Assermenté valable dans toute la France, nommé pour une durée de cinq ans renouvelable. Vous figurez sur la liste nationale officielle des traducteurs assermentés présentée dans l’annuaire des traducteurs interprètes assermentés de France, experts judiciaires auprès des Cours d’Appel : www.annuaire-traducteur-assermente.fr

 

Êtes-vous fait pour cette fonction ?

Zoom sur les qualités requises pour devenir traducteur interprète assermenté.
Il vous faudra faire preuve de probité évidemment, de sérieux et de professionnalisme.
Une attention aux détails est nécessaire.
Le respect des institutions.
Un goût prononcé pour les relations humaines bien sûr.
Vous devrez être disponible pour répondre aux exigences de la justice : venir au beau milieu de la nuit au commissariat pour une garde à vue, se rendre au Tribunal plusieurs jours successifs pour des audiences…

 

Facile ou pas de devenir traducteur assermenté ?

Ce titre de Traducteur Interprète Assermenté est souvent très convoité et il fait l’objet de nombreuses candidatures chaque année pour peu d’élus.
Selon votre couple de langues et votre expérience professionnelle, vous pouvez obtenir le titre dès votre première candidature ou il vous faudra la renouveler des années avant d’accéder à ce sésame d’expert traducteur interprète !

 

Comment augmenter votre chance d’être nommé traducteur interprète assermenté ?

On compte en France métropolitaine 30 Cours d’Appel et environ 3500 traducteurs interprètes assermentés.

Et chaque année, les Cours d’Appel nomment des experts traducteurs selon leurs besoins concrets. Pour faire partie de ces chanceux, voici quelques astuces qui améliorent vos chances :

  • Analysez les populations étrangères présentes dans votre circonscription (et ailleurs si vous êtes prêt à vous délocaliser) afin de détecter les langues recherchées pour des missions de traduction.
  • Consultez la liste des Cours d’Appel qui pourraient manquer de traducteurs interprètes dans votre (ou vos) langue(s).
  • Vous parlez une langue rare utile dans certaines régions de France ? Vous chances d’assermentation rapide sont bien plus grandes !
  • Les traducteurs interprètes assermentés sont automatiquement mis à la retraite à 70 ans. En recherchant l’âge des experts en poste, vous identifierez les opportunités à venir.